CAA de PARIS, 2ème chambre, 24/05/2018, 17PA03981, Inédit au recueil Lebon

Date :
24-05-2018
Taille :
2 pages
Section :
Jurisprudence
Numéro :
17PA03981
Formation :
2ème chambre

Texte original :

Ajoutez le document à un dossier () pour commencer à l'annoter.
Vu la procédure suivante :
Procédure contentieuse antérieure :
M. D...A...a demandé au Tribunal administratif de Paris de prononcer la décharge de la cotisation supplémentaire d'impôt sur le revenu à laquelle il a été assujetti au titre de l'année 2011.
Par un jugement n° 1612375/1-3 du 20 décembre 2017, le Tribunal administratif de Paris a rejeté cette demande.
Procédure devant la Cour :
Par une requête enregistrée le 28 décembre 2017, M.A..., représenté par
Me B...et MeC..., demande à la Cour :
1°) d'annuler ce jugement du Tribunal administratif de Paris du 20 décembre 2017 ;
2°) de prononcer la décharge et la restitution des impositions litigieuses ;
3°) de mettre à la charge de l'Etat la somme de 4 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.
Il soutient que :
- l'administration fiscale a considéré à tort qu'aucune éolienne n'avait été importée en Guyane en 2011, l'ensemble des preuves relatives à l'importation et à la livraison du matériel ayant été fournies ;
- c'est à tort que l'administration a estimé, sur le fondement de la loi fiscale postérieure à l'année en litige, que le fait générateur du droit à réduction n'était pas la simple livraison du matériel mais la mise en service dudit matériel et la capacité de fonctionnement de ce dernier ; elle a, ainsi, subordonné à des conditions supplémentaires l'application des dispositions en cause ;
- elle a méconnu sa doctrine énoncée au paragraphe 148 de l'instruction
BOI 5 B-2-07, laquelle distinguait entre les immobilisations créées, qui devaient être achevées, et les immobilisations livrées, qui devaient, selon l'article 1604 du code civil, uniquement être transportées en puissance et possession de l'acheteur ;
- les règles posées par la doctrine administrative au BOI-BIC-RICI-20-10-20-30-20150708 n°20, aux termes desquelles " la réduction d'impôt s'applique au titre de l'année au cours de laquelle l'investissement est mis en service " ne sont pas applicables ratione temporis ;
- le service ne pouvait pas opposer en l'espèce les deux réponses ministérielles
du 16 avril et 2 juillet 2013, postérieures à l'année en litige et, par ailleurs, relatives aux seules installations photovoltaïques.
Le président de la 2ème chambre de la Cour a, en application des dispositions de l'article R. 611-8 du code de justice administrative, dispensé la présente requête d'instruction.
Vu les autres pièces du dossier.
Vu :
- le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;
- le code de justice administrative.
Les parties ont été régulièrement averties du jour de l'audience.
Ont été entendus au cours de l'audience publique :
- le rapport de M Magnard,
- et les conclusions de M. Cheylan, rapporteur public.
1. Considérant que M. A...a imputé sur son impôt sur le revenu au titre de l'année 2011, sur le fondement des dispositions de l'article 199 undecies B du code général des impôts, une réduction d'impôt pratiquée à raison d'investissements réalisés par la société par actions simplifiées (SAS) DOM COM 25, dont il était associé, consistant en l'acquisition, par cette société, de " kits " éoliens donnés à bail à une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) chargée d'en assurer l'exploitation ; qu'à la suite d'un contrôle sur pièces, la réduction d'impôt ainsi pratiquée par M. A...a été remise en cause par l'administration fiscale au motif que les investissements n'avaient pas été réalisés avant le 31 décembre 2011 ; que, par la présente requête, M. A...relève appel du jugement du 20 décembre 2017 par lequel le Tribunal administratif de Paris a rejeté sa demande tendant à la décharge de la cotisation supplémentaire d'impôt sur le revenu à laquelle il a été assujetti au titre de l'année 2011 en conséquence de la reprise de la réduction d'impôt ;
2. Considérant que M. A...reprend devant la Cour les moyens, invoqués en première instance, tirés de ce que l'administration fiscale a considéré à tort qu'aucune éolienne n'avait été importée en Guyane en 2011, l'ensemble des preuves relatives à l'importation et à la livraison du matériel ayant été fournies, de ce que l'administration a estimé à tort que le fait générateur du droit à réduction n'était pas la simple livraison du matériel mais la mise en service dudit matériel et la capacité de fonctionnement de ce dernier et de ce qu'elle a, ainsi, subordonné à des conditions supplémentaires l'application des dispositions en cause et enfin de ce qu'elle a méconnu sa doctrine énoncée au paragraphe 148 de l'instruction
BOI 5 B-2-07, laquelle distinguait entre les immobilisations créées, qui devaient être achevées, et les immobilisations livrées, qui devaient, selon l'article 1604 du code civil, uniquement être transportées en puissance et possession de l'acheteur ; que, par un jugement précisément motivé, le tribunal a écarté l'argumentation développée par le requérant à l'appui de chacun de ces moyens ; qu'il y a lieu, par adoption des motifs retenus à bon droit par les premiers juges, d'écarter ces moyens renouvelés devant la Cour ; que l'imposition devant être regardée, en conséquence de ce qui précède, comme ayant été régulièrement établie conformément aux dispositions de la loi fiscale, le moyen soulevé en appel par le requérant tiré de ce que le service ne pouvait lui opposer les prescriptions de doctrines postérieures et inapplicables aux investissements en cause est inopérant ;
3. Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. A...n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Paris a rejeté sa demande ; que, par voie de conséquence, ses conclusions présentées sur le fondement des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ne peuvent qu'être rejetées ;
DECIDE :
Article 1er : La requête de M. A...est rejetée.
Article 2 : Le présent arrêt sera notifié à M. D...A....
Copie en sera adressée au ministre de l'action et des comptes publics et au directeur régional des finances publiques d'Ile-de-France et du département de Paris.
Délibéré après l'audience du 9 mai 2018, à laquelle siégeaient :
- Mme Brotons, président de chambre,
- Mme Appèche, président assesseur,
- M. Magnard, premier conseiller.
Lu en audience publique le 24 mai 2018.
Le rapporteur,
F. MAGNARDLe président,
I. BROTONS
Le greffier,
S. DALL'AVA
La République mande et ordonne au ministre de l'action et des comptes publics en ce qui le concerne ou à tous huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision.
7
2
N° 17PA03981