CAA de DOUAI, 3e chambre - formation à 3, 08/11/2018, 18DA01355, Inédit au recueil Lebon

Date :
08-11-2018
Taille :
3 pages
Section :
Jurisprudence
Numéro :
18DA01355
Formation :
3e chambre - formation à 3

Texte original :

Ajoutez le document à un dossier () pour commencer à l'annoter.
Vu la procédure suivante :
Procédure contentieuse antérieure:
M. B...F...a demandé au tribunal administratif d'Amiens d'annuler pour excès de pouvoir l'arrêté du 23 janvier 2018 par lequel le préfet de l'Oise a refusé de lui délivrer un titre de séjour au titre de l'asile, lui a enjoint de quitter le territoire français dans un délai de trente jours et a fixé le pays à destination duquel il pourrait être reconduit d'office.
Par un jugement n°1800517 du 29 mars 2018, le président du tribunal administratif d'Amiens a rejeté sa demande.
Procédure devant la cour :
Par une requête, enregistrée le 3 juillet 2018, M.F..., représenté par Me G...C..., demande à la cour :
1°) d'annuler ce jugement;
2°) d'annuler pour excès de pouvoir l'arrêté du 23 janvier 2018 ;
3°) d'enjoindre au préfet de l'Oise de lui délivrer une carte de séjour mention " vie privée et familiale " dans un délai d'un mois à compter de la date de notification de l'arrêt à intervenir, à défaut, de lui délivrer, une autorisation provisoire de séjour dans l'attente du réexamen de sa situation.
4°) de mettre à la charge de l'Etat une somme de 1 500 euros au titre des dispositions combinées de l'article 37 de la loi du 10 juillet 1991 et de l'article L. 761-1 du code de justice administrative, à charge pour son conseil de renoncer à l'aide juridictionnelle.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Vu les autres pièces du dossier.
Vu :
- la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;
- le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ;
- la loi n°91-647 du 10 juillet 1991 ;
- le code de justice administrative.
Le président de la formation de jugement a dispensé le rapporteur public, sur sa proposition, de prononcer des conclusions à l'audience.
Les parties ont été régulièrement averties du jour de l'audience.
Le rapport de M. Paul-Louis Albertini, président-rapporteur, a été entendu au cours de l'audience publique.
Considérant ce qui suit :
1. M.F..., ressortissant géorgien né le 7 avril 1966, serait selon ses déclarations entré en France le 4 février 2017. Il a sollicité l'asile le 20 avril mars 2017. Sa demande d'asile a été rejetée par décision du 15 juin 207 de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides, confirmée par un arrêt du 22 juin 2017 de la Cour nationale du droit d'asile. Par un arrêté du 23 janvier 2018, le préfet de l'Oise a refusé de lui délivrer un titre de séjour au titre de l'asile, lui a enjoint de quitter le territoire français et a fixé le pays à destination duquel il pourrait être reconduit d'office. M. F...relève appel du jugement du 29 mars 2018 par lequel le président du tribunal administratif d'Amiens a rejeté sa demande tendant à l'annulation de cet arrêté.
Sur le refus de titre de séjour :
2. La demande d'asile de M. F...a été rejetée, en dernier lieu, par la Cour nationale du droit d'asile le 31 octobre 2017. Dès lors, l'autorité préfectorale était tenue de refuser à l'étranger la délivrance d'un titre de séjour sur le fondement des dispositions du 8° de l'article L. 314-11 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile. Par suite, les moyens tirés de ce que la décision attaquée serait insuffisamment motivée, de ce que le préfet n'aurait pas examiné les particularités de sa situation et de ce qu'elle serait entachée d'une erreur de droit sont inopérants. Pour les mêmes raisons, les moyens tirés de la méconnaissance des dispositions du 11° de l'article L. 313-11 du code de l'entrée et du séjour des étrangers, sur le fondement desquelles le préfet n'a pas été saisi et n'a pas entendu statuer, ainsi que des stipulations de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales et de l'erreur manifeste dans l'appréciation de ses conséquences sur la situation personnelle de l'intéressé, doivent être écartés.
3. Il résulte de ce qui précède que M.F... n'est pas fondé à soutenir que la décision attaquée est entachée d'illégalité.
Sur l'obligation de quitter le territoire français :
4. Aux termes de l'article L. 511-4 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile : " Ne peuvent faire l'objet d'une obligation de quitter le territoire français : / (...) / 10° L'étranger résidant habituellement en France si son état de santé nécessite une prise en charge médicale dont le défaut pourrait avoir pour lui des conséquences d'une exceptionnelle gravité et si, eu égard à l'offre de soins et aux caractéristiques du système de santé du pays de renvoi, il ne pourrait pas y bénéficier effectivement d'un traitement approprié " ;
5. Il ressort des pièces médicales du dossier et, notamment d'un compte rendu d'hospitalisation du 24 novembre 2017, que M. F...n'apporte aucun élément de nature à établir que le défaut de prise en charge médicale pourrait entraîner pour lui des conséquences d'une exceptionnelle gravité sur son état de santé et qu'il ne pourrait accéder au traitement dont il a besoin en Géorgie, ou qu'il serait dans l'impossibilité de voyager. Par suite, le moyen tiré de la méconnaissance du 10° de l'article L. 511-4 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile doit être écarté ;
6. Aux termes de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales : " 1. Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance. 2. Il ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale ou à la protection des droits et libertés d'autrui. ".
7. M. F...fait valoir les liens familiaux qu'il entretient avec sa fille unique, qui a obtenu le statut de réfugiée par une décision de la Cour nationale du droit d'asile du 18 octobre 2013, et qu'il est le grand-père de ses deux enfants, dont il n'a fait la connaissance qu'après son arrivée en France, en 2017. Toutefois, égard à sa présence très récente en France, il n'est pas dépourvu d'attaches privées familiales dans son pays d'origine, et, sa fille et ses deux enfants n'étant pas à sa charge, ne justifie d'aucun empêchement de retourner en Géorgie. S'il se prévaut en outre de la présence en France de son épouse ainsi que de celle de sa mère, soignée en France, il ressort aussi des pièces du dossier que Mme A...F...néeE..., son épouse, a fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français, le 26 décembre 2017 et que sa mère, Mme D...I...F..., a aussi fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français, le 23 janvier 2018, les demandes d'asile présentées par chacune ayant été définitivement rejetées par deux arrêts de la Cour nationale d'asile du 31 octobre 2017. Compte tenu des conditions et de la durée du séjour, le préfet de l'Oise n'a ainsi pas porté au droit au respect de sa vie privée et familiale une atteinte disproportionnée aux buts en vue desquels la mesure d'éloignement attaquée a été prise. Il n'a donc pas méconnu les stipulations de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Pour les mêmes raisons, l'autorité préfectorale n'a pas commis d'erreur manifeste dans l'appréciation des conséquences de cette décision sur sa situation personnelle.
8. Il résulte de tout ce qui précède que M. F...n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le président du tribunal administratif d'Amiens a rejeté sa demande. Par voie de conséquence, ses conclusions à fin d'injonction, assorties d'astreinte, ainsi que celles présentées au titre des dispositions combinées de l'article 37 de la loi du 10 juillet 1991 et de l'article L. 761-1 du code de justice administrative doivent être rejetées.
DÉCIDE :
Article 1er : La requête de M. F...est rejetée.
Article 2 : Le présent arrêt sera notifié à M. B...F...et au ministre de l'intérieur.
Copie en sera adressée pour information au préfet de l'Oise.
1
2
N°18DA01355
1
3
N°"Numéro"